Our Location

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

À quel âge commencer à prendre du collagène ?

Le collagène, cet allié anti-âge indispensable après 45 ans

Le collagène, cette protéine naturellement présente dans notre organisme, est un véritable architecte pour notre peau, nos cheveux, nos ongles mais aussi nos articulations et nos os. Malheureusement, avec l’âge, notre production de collagène diminue inexorablement, entraînant l’apparition des signes du vieillissement. Se pose alors la question cruciale : à quel âge faut-il commencer une supplémentation en collagène pour en tirer tous les bénéfices ? Les experts nous éclairent sur le sujet.

Le collagène, une protéine aux multiples casquettes

Avant de déterminer l’âge idéal pour commencer une supplémentation, il est important de bien comprendre le rôle du collagène dans notre corps. Cette protéine, la plus abondante de notre organisme, est présente dans de nombreux tissus :

  • La peau, dont elle assure la fermeté, l’élasticité et l’hydratation
  • Les cheveux et les ongles, auxquels elle apporte force et brillance
  • Les tendons, ligaments et cartilages qu’elle rend solides et souples à la fois
  • Les os, dont elle renforce la densité et prévient la fragilisation

Jusqu’à l’âge de 20-25 ans environ, notre corps produit des niveaux optimaux de collagène, nous garantissant une peau éclatante et un corps en pleine forme. Mais ce bel équilibre est fragile…

Après 25 ans, la dégringolade commence

Dès 25 ans, notre production naturelle de collagène commence à diminuer progressivement, d’environ 1% chaque année. Un déclin d’abord insidieux mais qui va s’accélérer au fil du temps. Ainsi, à partir de 45-50 ans, la chute de collagène peut atteindre 30% par an ! Les conséquences se font alors nettement sentir :

  • Apparition des rides et ridules, d’abord autour des yeux et de la bouche
  • Perte de fermeté et d’élasticité de la peau, qui se relâche
  • Assèchement cutané et perte d’éclat du teint
  • Cheveux plus ternes, plus fins et ongles plus cassants
  • Douleurs articulaires, raideurs et perte de souplesse
  • Augmentation du risque d’ostéoporose avec la déminéralisation osseuse
Notre dossier :   biovancia neo-collagen avis

Face à ce déclin annoncé, il est donc conseillé de commencer une supplémentation en collagène pour compenser les pertes et retrouver une peau rebondie et un corps en forme. Mais quel est le bon timing ?

45 ans, le moment clé pour booster sa production de collagène

La grande majorité des experts s’accordent à dire que 45 ans est un cap décisif. C’est en effet à partir de cet âge que le déclin du collagène s’accentue fortement, avec des répercussions de plus en plus visibles sur la peau et les articulations.

Pour les femmes, la quarantaine signe souvent le début de la périménopause, cette phase de transition vers la ménopause. Les bouleversements hormonaux, notamment la chute d’œstrogènes, fragilisent la peau et les os. Commencer une supplémentation en collagène permet de contrer ces effets délétères en renforçant la structure cutanée et osseuse.

Les hommes ne sont pas en reste. Même s’ils ne connaissent pas de ménopause à proprement parler, ils subissent eux aussi la diminution de collagène liée à l’âge. Dès 45 ans, il est donc vivement recommandé d’opter pour des compléments, en particulier pour prévenir l’arthrose et les problèmes articulaires.

Bien sûr, 45 ans n’est pas une date butoir. En fonction de votre mode de vie et de vos facteurs de risque, vous pouvez envisager une supplémentation en collagène bien plus tôt.

Une supplémentation dès 30 ans, bonne ou mauvaise idée ?

À 30 ans, les signes de l’âge ne sont généralement pas encore trop marqués. Mais certains facteurs peuvent accélérer le processus de vieillissement cutané et articulaire :

  • Le tabagisme qui asphyxie les cellules et favorise les rides
  • L’exposition excessive au soleil, responsable du photovieillissement
  • Une alimentation déséquilibrée, carencée en nutriments essentiels
  • La sédentarité qui altère la masse musculaire
  • Certaines maladies chroniques comme le diabète
Notre dossier :   Le collagène à boire : l'allié beauté qui retarde les signes de l'âge de l'intérieur

Si vous cumulez un ou plusieurs de ces facteurs de risque, vous pouvez commencer à observer dès l’âge de 30 ans :

  • De fines ridules autour des yeux (pattes d’oies) et de la bouche (rides de la marionnette)
  • Une peau qui manque de fermeté, d’élasticité et d’éclat
  • Des cheveux plus ternes, plus fins et des ongles qui se dédoublent

Dans ces cas-là, débuter une cure de collagène de façon préventive est tout à fait pertinent. L’objectif : donner un coup de pouce à votre organisme pour mieux résister aux agressions internes (stress oxydatif, glycation…) et externes (pollution, UV…) responsables du vieillissement prématuré.

Bien sûr, la prise de compléments ne dispense pas d’adopter au quotidien de bonnes habitudes :

  • Bien s’hydrater en buvant 1,5 L d’eau par jour pour une peau repulpée
  • Adopter une routine de soins anti-âge ciblée (nettoyage, hydratation, protection UV…)
  • Privilégier une alimentation équilibrée riche en antioxydants (fruits, légumes…)
  • Pratiquer une activité physique régulière pour entretenir sa masse musculaire

En combinant supplémentation en collagène et hygiène de vie saine, vous mettez toutes les chances de votre côté pour garder une peau et un corps jeunes plus longtemps.

Le collagène à 20 ans, un pari sur l’avenir

De plus en plus de jeunes (notamment des femmes) choisissent de prendre du collagène dès l’âge de 20 ans, à titre préventif. Pourtant, à cet âge, notre production naturelle de collagène est censée être à son apogée. Alors, est-ce vraiment utile ?

Tout dépend en réalité de votre profil. Une supplémentation en collagène peut s’avérer intéressante si vous êtes dans l’une de ces situations :

  • Vous avez des facteurs de risques importants : peau très fine et fragile, antécédents familiaux de vieillissement précoce, exposition solaire intense, tabagisme…
  • Vous êtes sportif de haut niveau et souhaitez optimiser vos performances tout en prévenant les risques de blessures tendineuses et ligamentaires. Le collagène renforce en effet les tissus conjonctifs.
  • Vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour préserver votre capital jeunesse sur le long terme. En agissant avant même l’apparition des premiers signes de l’âge, vous retardez le vieillissement cutané.
Notre dossier :   Comment est synthétisé le collagène ?

Bien choisir son complément de collagène

Si vous décidez de vous lancer dans une supplémentation, veillez à choisir un collagène de qualité, à la biodisponibilité optimale. Le collagène marin de type 1 est particulièrement recommandé. Issu de la peau de poissons, il est mieux absorbé par l’organisme que le collagène bovin ou porcin.

Optez aussi pour du collagène hydrolysé, c’est-à-dire décomposé en peptides de petite taille, pour une meilleure assimilation. Et privilégiez les compléments enrichis en vitamine C, qui stimule la synthèse de collagène.

En résumé, l’âge idéal pour commencer une supplémentation en collagène se situe généralement autour de 45 ans. Mais selon vos besoins et vos facteurs de risque, vous pouvez très bien démarrer plus tôt, dès 30 ans voire 20 ans. L’essentiel est d’adopter cette bonne habitude sur le long terme, en choisissant un complément de qualité, pour profiter durablement de ses multiples bienfaits anti-âge. Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour prendre soin de soi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *